Les mauvaises choses qui se produisent dans cet univers se produisent-elles par la volonté d’Allah?

Louange à Allah.bénédiction et paix soient sur le Messager d’Allah, sa famille et ses compagnons.

Vous devez comprendre, qu’Allah vous bénisse, que certaines personnes se sont trompées en ce qui concerne la question d’al-qadar (la volonté et le décret divins), car elles pensent que si Allah décrète qu’une action doit se produire, cela signifie qu’il aime cette chose, ce qui les amène à penser que les mauvaises actions se produisent en dehors de la volonté d’Allah. Ainsi, ils attribuent à Allah la faiblesse et l’incapacité, lorsqu’ils disent que rien ne se passe dans Sa domination qu’Il ne veut pas, et ainsi Il peut vouloir une chose et cela n’arrive pas – exalté soit Allah bien au-dessus de ce qu’ils disent. En fait, il n’y a aucun lien entre ce qu’Allah aime et veut en termes de ce qui est permis et non permis, et ce qu’Il veut et décrète qu’Il doit se produire dans l’univers. Cela peut s’expliquer plus loin comme suit:

Premièrement:

Dans le Coran et la Sunna, la volonté et le décret d’Allah sont divisés en deux catégories:

Sa volonté et son décret universels (kawni). Rien ne se passe en dehors de cette volonté. Le kaafir et le Musulman sont égaux sous cette volonté. Les actes de culte et les actes de désobéissance se produisent tous par la volonté et le décret d’Allah.

Par exemple, Allah dit (interprétation du sens):

 » Mais quand Allah veut le châtiment d’un peuple, il ne peut y avoir de retour en arrière  »

 » Et celui qu’Allah veut guider, Il ouvre son cœur à l’Islam ; et celui qu’Il veut égarer, Il ferme et rétrécit sa poitrine, comme s’il montait au ciel  »

Sa volonté législative (shar’i), qui ne s’applique qu’à ce qu’Il aime et dont Il est satisfait.

Par exemple, dit Allah (interprétation du sens):

 » Allah veut vous soulager, et Il ne veut pas vous rendre les choses difficiles  »

 » Allah veut accepter votre repentance  »

 » Allah ne veut pas vous mettre en difficulté, mais Il veut vous purifier  »

La différence entre les deux volontés. Il existe des différences entre la volonté universelle d’Allah et Sa volonté législative, qui se distinguent les unes des autres. Ces différences sont les suivantes:

1- La volonté universelle a à voir avec ce qu’Allah aime et est satisfait, et avec ce qu’Il n’aime pas et n’est pas satisfait, tandis que Sa volonté législative n’a à voir qu’avec ce qu’Allah aime et est satisfait.

2- Par sa volonté universelle, il peut décréter quelque chose non pas pour lui-même, mais pour servir un autre but, comme la création d’Iblée, par exemple, et toutes les choses mauvaises, à cause desquelles il se passe beaucoup de choses qu’Allah aime, comme la repentance, la recherche et le pardon.

Sa volonté législative a trait à ce qu’Il prescrit pour lui-même, car Allah veut que nous Lui obéissions et Il aime cela, alors Il le prescrit et s’en réjouit pour lui-même.

3 – Sa volonté universelle doit inévitablement se réaliser, comme la naissance ou la mort d’une personne, etc.

Mais Sa volonté législative – telle qu’Allah veut que tout le monde croie – ne se réalise pas nécessairement. Cela peut arriver ou non. S’il était inévitable que cela se produise, alors toute l’humanité deviendrait musulmane.

4 – Sa volonté universelle est liée à l’Unicité de la Seigneurie d’Allah et au fait qu’Il est le seul Créateur, tandis que Sa volonté législative est liée à Sa Divinité et à Sa Loi.

5 – Ses deux volontés se rejoignent dans le cas de celui qui Lui obéit. Celui qui prie – par exemple – combine les deux, car la prière est bien-aimée d’Allah; Il l’a prescrite et Il en est satisfait et l’aime, de sorte qu’elle est prescrite par Sa volonté législative en ce sens. Mais le fait que cela se produise indique qu’Allah a voulu que cela se produise, c’est donc par Son décret universel en ce sens que cela est décrété. C’est pourquoi les deux volontés sont combinées dans le cas de celui qui obéit à Allah.

Sa volonté universelle est à l’œuvre d’elle-même dans le cas de l’incrédulité du kaafir et du péché du désobéissant. Le fait que ces choses se produisent indique qu’Allah a voulu qu’elles se produisent, car rien n’arrive sauf par Sa volonté. Mais le fait qu’Allah ne les aime pas et qu’Il ne les apprécie pas indique qu’ils se produisent par Sa volonté universelle et non par Sa volonté législative.

Sa volonté législative est à l’œuvre d’elle-même dans le cas d’un kaafir qui commence à croire, ou d’un pécheur qui commence à obéir à Allah. Ces choses sont bien-aimées d’Allah et relèvent donc de Sa volonté législative. Le fait qu’ils ne se produisent pas – même si Allah les a enjoints et les aime – indique qu’ils relèvent uniquement de Sa volonté législative.

Voici quelques-unes des différences entre les deux testaments. Quiconque comprend la différence entre eux évitera de nombreux doutes qui amènent les gens à trébucher et à s’égarer. Celui qui regarde les actions des gens avec cette double compréhension aura une vision claire, mais celui qui la regarde sur la base de la volonté universelle uniquement, sans la volonté législative, ou vice-versa, ce sera comme s’il était borgne.

Tout ce qu’Allah fait est bon, sage et juste.

Allah fait ce qu’Il fait pour des raisons qui Lui sont connues; Ses esclaves ou certains d’entre eux peuvent connaître certaines de ces raisons, ou leur esprit limité peut être incapable de comprendre une grande partie de la sagesse divine derrière les choses. Les décrets généraux peuvent être pour des raisons générales et une miséricorde universelle, comme l’envoi de Muhammad (bénédiction et salut soient sur lui), comme le dit Allah (interprétation du sens):

« Et Nous ne t’avons envoyé (Ô Muhammad) qu’en miséricorde pour l’Aalameen (l’humanité, les djinns et tout ce qui existe) »

Ibn al-Qayyim (puisse Allah avoir pitié de lui) a dit: Allah est Très Sage. Il ne fait rien en vain ou sans but. C’est ce qu’indiquent Ses paroles et celles de Son Messager (bénédiction et salut soient sur lui).

Et Allah sait mieux. Qu’Allah bénisse et bénisse Son Prophète Muhammad, sa famille et ses compagnons.

Voir A’laam al-Sunna al-Manshoorah, 147; al-Qada ‘wa’l-Qadar fi Daw ‘al-Kitaab wa’l-Sunna par Cheikh Dr. ‘Abd al-Rahmaan al-Mahmoud; al-Eemaan bi’l-Qada ‘wa’l-Qadar par Cheikh Muhammad al-Hamd.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.